Culture Banque
open bank
Culture Banque > Innovation > L’Open Banking, vers la banque de demain

L’Open Banking, vers la banque de demain

Comment le secteur bancaire doit se réinventer? Une étude Deloitte nous explique l’Open Banking.

Le milieu bancaire est en constante mutation. À l’heure actuelle, il ne se passe pas un mois ou presque sans qu’une nouveauté fasse son apparition. La dernière en date ? L’Open Banking ! Point central d’un nouvel écosystème, il est en passe de générer une révolution du monde de la finance. Alors, de quoi s’agit-il ? Quelle sera la banque de demain et quelle place prendra-t-elle dans ce nouvel écosystème ?

L’évolution des métiers de la banque : un rappel historique s’impose !

Au commencement, les produits et les services offerts par les banques visaient essentiellement à sécuriser les dépôts. Grâce à ces dépôts, les établissements financiers se sont ensuite mis à prêter de l’argent. Plus tard, avec l’évolution de la monnaie sous une forme électronique, les banques ont commencé à proposer leurs propres moyens de paiements numériques. Peu à peu, l’univers bancaire a grandement évolué. Les offres de services se sont considérablement étendues. Pour autant, le cœur de métier n’a pas évolué significativement. Désormais, l’industrie bancaire est pourtant au bord d’une révolution majeure, amorcée en outre par l’Open Banking.

Ronan le Moal, Directeur général du Crédit Mutuel Arkéa, s’exprime dans La Tribune :

Nous sommes en train de changer de modèle bancaire. L’industrie fermée qui développe son offre, ses produits, ses services par-devers elle n’existera bientôt plus ; l’ouverture des données bancaires imposée en début d’année est en train de la rendre rapidement obsolète.

Qu’est-ce que l’Open Banking ?

Ce terme anglophone pourrait se traduire par « système bancaire ouvert ». Alors que le monde de la banque est généralement associé à la sécurité, l’imperméabilité et la fermeture, l’Open Banking vient tout bouleverser. Il s’agit du passage d’un écosystème fermé à un écosystème ouvert. En réalité, l’Open Banking est une obligation à laquelle les banques sont soumises depuis le mois de janvier 2018.

→ Lire l’article de Frédéric Bois : Bataille autour de la DSP2

Le partage des données se fait grâce à des API (Application Programming Interface). Il permet de développer des services et d’améliorer le rapport entre le consommateur et sa banque. À terme, l’Open Banking devrait permettre de multiplier les fournisseurs de services bancaires digitaux et d’améliorer considérablement les outils et solutions digitales mis à disposition des clients.

Bpifrance montre l’exemple et multiplie les partenariats avec les Fintechs.

open bank bpifrance

Source : voir l’article La Tribune

Les banques sont-elles prêtes à franchir le cap de l’Open Banking ?

À ce jour, 81 % des Français jugent les fintechs comme étant des acteurs innovants proposant des produits d’avenir. (Source : Etude Deloite « les Français et les nouveaux secteurs financiers », avril 2018). Ces dernières sont des partenaires capitaux pour les banques à ne pas négliger. Le succès des banques de demain reposera donc sur leur capacité à avoir un business model évolutif et flexible.

→ Lire l’article de Pierre-Emmanuel Durand : La banque, demain une usine?

Pourtant, jusqu’à présent, seuls peu d’établissements financiers ont franchi le cap de l’Open Banking. L’intention est réelle mais les barrières freinent encore ce développement, selon Deloitte 90 % des banques projettent tout de même de devenir des Open Banks d’ici trois ans. Dans ce but, 69 % des banques ont lancé des initiatives au sein de leur cellule innovation. 89 % ont établi des travaux conjointement avec des fintechs. 

Les néo-banques N26 et Revolut se distinguent avec de nombreuses collaborations.

open fintech

Source : voir l’étude Deloitte

Au sein de cette nouvelle ère, les banques pourront se placer de trois façons différentes :

  • En devenant producteurs, c’est-à-dire en fournissant leurs propres produits à une autre plate-forme de distribution.
  • En étant fournisseurs de services, c’est-à-dire en fournissant des modules permettant à une plate-forme tierce de concevoir ses propres services et produits bancaires. La banque pourra, par exemple, fournir des infrastructures de paiement à d’autres acteurs.
  • En étant avant tout des interfaces, c’est-à-dire en distribuant des produits tiers sur leur propre plate-forme financière.

Pour exister dans ce nouveau modèle, les banques d’aujourd’hui devront s’adapter tout en s’appuyant sur leurs principaux atouts. À l’ère du digital, elles représentent une institution de confiance. Qui plus est, elles sont encore les intermédiaires principaux entre le risque et les parties prenantes. Enfin, elles bénéficient d’un réseau physique et d’un nombre élevé de collaborateurs. L’idée sera donc de s’adapter à l’Open Banking tout en maintenant ces atouts existants. Pour être concurrentielles, les banques devront créer ou choisir la meilleure plate-forme, rendant ainsi l’expérience utilisateur la plus agréable et personnalisée possible. Les banques devront désormais repenser leur organisation, leur mode de fonctionnement et leurs métiers. L’industrie bancaire est en passe de se métamorphoser et de reposer sur un réseau inédit de partenaires dotés de nouvelles compétences.

Suivez les innovations bancaires sur CultureBanque!

mm

David

Responsable du blog CultureBanque. Expérience professionnelle en banque de détail, finance d'entreprise et analyse financière.

Réagir

Newsletter mensuelle

Testez une banque en ligne

monabanq logoMonabanq : 120€ offerts
Sans condition de revenus
Pour seulement 2€/mois

banque hello bankHello bank! : 80€ offerts
→ carte bancaire gratuite
dès 1000€ de revenus

Banque en ligne ING DirectING Direct : 80€ offerts
→ Gold Mastercard gratuite
dès 1200€ de revenus