Culture Banque
Culture Banque > Carrière Bancaire > Les professionnels de la finance et les réseaux sociaux : Interview Amundi et Groupe BPCE

Les professionnels de la finance et les réseaux sociaux : Interview Amundi et Groupe BPCE

Dans le cadre de la publication de la première étude sur « les professionnels de la finance et les réseaux sociaux », Alban Jarry et David Audran ont voulu en savoir plus avec deux spécialistes de la communication sur les réseaux sociaux : Axelle Zandvliet, en charge des e-RP et de la e-réputation à la direction de la communication du Groupe BPCE et Charlotte Binche, responsable Relations Presse et Communication Digitale chez Amundi. Découvrez l’étude complète à la fin de l’interview.

  • Axelle et Charlotte, en tant que community manager dans la finance, qu’avez-vous pensé de cette idée de faire une étude sur l’utilisation des réseaux sociaux par des professionnels de la finance ?

binche-charlotte-cultuebanque Charlotte (Amundi) : Que ce soit à titre personnel ou professionnel, beaucoup trop de gens ont encore des réticences à utiliser les réseaux sociaux. Cette étude est une première pierre pour démontrer aux professionnels de la finance l’intérêt qu’ils peuvent avoir à utiliser les réseaux sociaux. Elle montre aussi certains biais, notamment concernant la fiabilité de l’information.

axelle-zandvliet-culturebanqueAxelle (Groupe BPCE) : Je ne peux que saluer cette initiative ! Cette étude apporte un éclairage aux communicants, tout comme aux financiers.  Cela conforte nos choix de communiquer stratégiquement et prioritairement aux professionnels de la finance sur Twitter et LinkedIn.

  • Je crois savoir que vous deux êtes particulièrement actives pour fédérer des communautés autour des réseaux sociaux, notamment dans le cadre d’afterworks?

Charlotte (Amundi) : Échanger en ligne avec d’autres professionnels de la finance sur les réseaux sociaux est une démarche constructive. Mais rien ne remplacera jamais l’importance des rencontres IRL (ndlr In Real Life). Un certain nombre d’intervenants l’ont compris et ont mis en place des événements plus ou moins officiels afin que l’on puisse se voir régulièrement. Cela va des clubs de community management axés sur les problématiques de CM dans l’univers de la finance, aux apéro professionnels fédérant des salariés de différents secteurs tel que la banque, l’assurance ou l’asset management. Ils existent aussi des rassemblements plus confidentiels/plus officieux où l’on retrouve certains early-adopters et influenceurs.

Axelle (Groupe BPCE) : Les afterworks permettent de rencontrer des confrères du digital dans la vraie vie… l’occasion pour les community managers de passer du virtuel au réel !
Certes les réseaux sociaux nous permettent de nous connecter rapidement les uns aux autres. Mais ce sont ces rencontres et ces moments de partage qui créent des liens bien plus vivaces. C’est d’ailleurs grâce au #TABA (TwitApéro Banque & Assurance) que nous réalisons aujourd’hui cette interview :)

  • Pensez-vous que les réseaux sociaux soient suffisamment exploités par les professionnels de la finance ?

Charlotte (Amundi) : Aujourd’hui internet et les réseaux sociaux font partie intégrante de la vie quotidienne des français. Pour cette raison, il s’agit d’outils incontournables pour tout professionnel. Par ce biais ils peuvent échanger avec leur clientèle, leurs prospects et ainsi développer leur activité. En ce qui concerne l’univers de la finance, il ne faut pas oublier que l’on parle de professions réglementées et extrêmement diverses. Les problématiques ne sont pas les même que l’on soit une banque, un assureur, un CGPI, un trader pour compte propre, un analyste financier, un gérant… Dans chaque segment, certains acteurs ont très bien compris comment utiliser ces vecteurs de communication, d’autres sont très en retard voire absents.

Axelle (Groupe BPCE) : Au regard de votre étude, 60 % d’entre eux utilisent activement les réseaux sociaux, et ce de façon plutôt qualitative puisque qu’ils y trouvent des informations pertinentes. 78% consultent même le profil d’une personne avant une réunion, c’est dire s’ils ont compris l’intérêt de ces réseaux !

A mon sens, les fonctions de partage de l’information sont encore trop peu exploitées. Sans doute parce ce que ces utilisateurs sont aujourd’hui plus en recherche d’actualité que d’interactivité. Le partage de leurs actions et de leur savoir-faire auprès de leurs pairs viendra petit à petit.

Au-delà de cette étude qui concerne des utilisateurs avertis, je constate actuellement l’intérêt grandissant des financiers dans l’utilisation de Twitter. Notre équipe a donc mis en place des modules courts de sensibilisation sur les réseaux sociaux pour tous les collaborateurs.

  • 48% des répondants ont un blog ou un site professionnel, c’est énorme, qu’en pensez-vous ?

Charlotte (Amundi) : La simplicité des technologies permettant de créer son propre blog met l’outil à la portée de tous. Avec un peu de contenu et quelques clics, on peut le construire en moins d’un quart d’heure. Dans la mesure où 93% des répondants utilisent activement les réseaux sociaux, je ne suis pas étonnée qu’autant de personnes aient un blog… Maintenant, ils ne précisent pas si ils le tiennent à des fins professionnelles ou non :)

Axelle (Groupe BPCE) : Cela signifie surtout que vous avez un bon réseau de financiers communicants ! Ils doivent être soit blogueurs, soit en charge de la communication du sein d’établissement financier. Ce serait intéressant d’en connaître la répartition.

  • 100% lisent des publications des professionnels dans les journaux en ligne, pensez-vous que Le Cercle Les Echos ou l’Agefi Communautés sont devenues indispensables ?

Charlotte (Amundi) : Depuis plusieurs années déjà, les principaux média proposent des offres en ligne avec des contenus dédiés. L’essor des smartphones et des tablettes a encore renforcé cette tendance avec l’émergence de rédactions et de publications 100% digitales. Le Cercle Les Echos et les communautés de l’Agefi sont deux exemples de ce qui se fait dans les média économiques et financiers. En faisant appel à des spécialistes, ils développent des contenus digitaux de qualité, présentant un fort potentiel d’audience et à moindre coût.

Axelle (Groupe BPCE) : Ces médias en ligne sont effectivement très suivis par la communauté des financiers. Il faut aussi se connecter à d’autre pure players qui s’adressent au grand public, comme cbanque.com. Ils sont tout aussi influents.

  • Si je vous dis : Linkedin et Twitter, que me répondez-vous ?

Charlotte (Amundi) : Ce sont les réseaux les plus utilisés à titre « professionnels ». Comme le montre très bien l’étude, facebook n’est quasiment utilisé qu’à titre personnel.

Axelle (Groupe BPCE) : LinkedIn a été adopté facilement par ces pros car ils en perçoivent rapidement l’utilité. Ce n’est pas encore complétement le cas pour Twitter qui nécessite une phase d’apprentissage de l’outil. Mais je m’aperçois qu’une fois les hashtags, les @ et boutons de retweets décryptés et compris, l’immédiateté et l’influence de Twitter peuvent vite les  rendre « addict » !

  • Sur Linkedin 77% annoncent accepter de se lier avec leurs contacts professionnels, un véritable annuaire de la profession avec des liens forts faciles à trouver est en cours de mise en place. Comment utilisez vous Linkedin ?

Charlotte (Amundi) : LinkedIn, c’est le réseau social entre le CRM et la carte de visite. Comme le montre l’étude, on y va pour prendre des informations avant un rendez-vous, on invite à rejoindre son réseau la personne que l’on vient de rencontrer, on prospecte éventuellement… C’est très utile pour les professionnels. Le seul bémol est qu’il est difficile de s’assurer de la véracité des informations fournies. De même qu’il est facile de gonfler son CV, de nombreux membres de LinkedIn ont parfois tendance à enjoliver leurs parcours. Il est parfois nécessaire de procéder à de tierces vérifications.

Axelle (Groupe BPCE) : LinkedIn est déjà un moteur de recherche puissant : on peut trouver de façon extrêmement ciblée toutes les personnes d’une entreprise ou d’une école par exemple. Les critères vont jusqu’à affiner la recherche en fonction du degré de relation, de la date du diplôme, du métier, etc.

Attention toutefois à ne pas partager l’ensemble de ses contacts « pro » Outlook ou Gmail avec les réseaux sociaux. Premièrement, cela peut être perçu comme intrusif pour les personnes qui recevront de nombreuses relances d’invitation. Deuxièmement, son carnet d’adresses constitue une forte valeur ajoutée sur le marché du travail. Sur LinkedIn, il faut savoir le préserver tout en l’utilisant. C’est là toute la complexité des réseaux sociaux.

  • Twitter est-il utile dans votre vie professionnelle ?

Charlotte (Amundi) : Naturellement, Twitter est un outil clé de la stratégie de community management d’Amundi. Mais je l’utilise personnellement également à d’autres fins professionnelles. Comme pour tous les autres professionnels présents sur Twitter, il me permet de m’informer et d’échanger sur les pratiques de mon secteur d’activité et de celui de mon entreprise. Ainsi je suis à la fois connectée avec des spécialistes de la communication mais également des experts financiers.

Axelle (Groupe BPCE) : Plus qu’utile : indispensable ! Twitter est un outil 3 en 1 : un média gratuit, un instrument pour les relations publiques et de gestion de l’e-réputation.

Professionnellement, j’anime 2 comptes : @GroupeBPCE pour relayer les actualités du Groupe et organiser des livetweets. Et un compte à mon nom, pour les RP.

  • Que pourriez-vous me dire de plus sur les réseaux et médias sociaux ?

Charlotte (Amundi) : L’univers des réseaux sociaux évolue vite et l’utilisation qui en est faite aussi. Régulièrement de nouveaux réseaux sociaux voient le jour et représentent autant d’opportunités d’expression pour les professionnels de la Finance. J’espère que cette première étude en initiera d’autres.

Axelle (Groupe BPCE) : Dans les prochaines années, les établissements financiers rechercheront  davantage d’ambassadeurs de leur marque sur les réseaux sociaux, qu’ils s’agissent de porte-paroles officiels, de clients, de fans ou encore de collaborateurs.

Dans le Groupe BPCE, nous avons déjà la chance d’avoir l’un de nos dirigeants qui anime son blog aux couleurs de l’entreprise. Il s’agit de Daniel Karyotis, membre du Directoire en charge des Finances, des Risques et des Opérations.  Je vous invite  à « liker » son blog www.daniel-karyotis.fr :)

Etude : Finance et réseaux sociaux

Les réseaux sociaux permettent notamment de développer votre carrière bancaire !

Alban Jarry

Asset Management, Réglementation, Réseaux Sociaux

Réagir

Newsletter mensuelle

Testez une banque en ligne

monabanq logoMonabanq : 120€ offerts
Sans condition de revenus
Pour seulement 2€/mois

banque hello bankHello bank! : 80€ offerts
→ carte bancaire gratuite
dès 1000€ de revenus

Banque en ligne ING DirectING Direct : 80€ offerts
→ Gold Mastercard gratuite
dès 1200€ de revenus