Culture Banque
Culture Banque > Crédit > Focus sur les risques fréquemment liés au financement de l’habitat

Focus sur les risques fréquemment liés au financement de l’habitat

Dans une récente analyse fournie par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), des risques évidents pesant sur l’immobilier en France ont été mis en avant.

Cette étude souligne notamment un contexte de forte demande et de valorisation excessive de l’immobilier. Dans ce climat incertain, il est donc primordial de prendre des risques mesurés en matière de financement de l’habitat. Quelles sont les garanties prises par les banques ? Dans quelles conditions les particuliers réalisent-ils le financement de leur logement ?

Le poids des encours douteux en baisse

Les encours douteux dans les crédits à l’habitat progressent moins vite depuis 2013. Ils ont atteint 13,6 milliards d’euros en 2016. Cela représente une remonté de 2,3 % entre 2016 et 2015.

credit douteux habitat

En parallèle, les encours sains se sont accrus à un rythme beaucoup plus rapide (+ 3,8 % sur la même période). Néanmoins, cette tendance est à nuancer en fonction des différents types de taux concernés. Si le taux d’encours douteux brut a largement diminué sur les prêts à taux fixe, il continue de croître sur les prêts à taux variable (+ 4,4%).

taux encours douteux

Un taux de sinistralité hétérogène

Le taux de sinistralité…

Le taux de sinistralité est une notion d’assurance. Il s’agit d’un ratio financier entre le montant des sinistres à dédommager et celui des primes d’assurances encaissées. En principe, ce taux doit être supérieur à 1 pour garantir la bonne solvabilité des compagnies d’assurances.

Sur le marché français, la sinistralité des crédits à l’habitat se situe très légèrement en dessous de la moyenne des différents pays européens, ce qui est très positif. Toutefois, la moyenne est très largement tirée vers le haut par l’Irlande, l’Italie et l’Espagne dont la situation est particulièrement dégradée.

défaut habitat pays
Les banques françaises entre elles affichent en revanche des taux de sinistralité très hétérogènes. Seule la Société Générale se distingue par un taux d’encours en défaut plus élevé que ses concurrents. À l’inverse, la BNP Paribas est très bien placée.

défaut crédit banque

Une légère amélioration du taux de provisionnement

Pour couvrir les risques encourus par les banques lorsqu’elles octroient des crédits, ces dernières ont recours au provisionnement des actifs jugés compromis ou douteux. Les établissements financiers semblent actuellement de plus en plus prévoyants car le taux de provisionnement des encours douteux ne cesse de s’améliorer depuis 2014.

Le taux de provisionnement des encours douteux des crédit habitat est de 29,5%. Il reste néanmoins toujours en dessous de son niveau de 2010. Un taux de provisionnement du crédit à l’habitat jugé assez faible par rapport à l’ensemble des crédits à la clientèle. Cela reflète, en réalité, l’importance des garanties offertes par les organismes de caution dont bénéficient les banques sur ce type de produits.

Le taux de provisionnement des crédits à taux variable évolue positivement plus vite que celui des taux fixes. Il augmente respectivement de + 2,2 points et 0,8 points. Cette comptabilisation des provisions affecte naturellement la rentabilité des banques. C’est ce que l’on appelle le coût du risque. Ce dernier prend également en compte le niveau de fonds propres que les banques doivent constituer face aux engagements de crédit pris et en fonction de la réglementation prudentielle en vigueur. À ce jour, le coût du risque enregistre un repli de 1,9 % par rapport à l’année dernière.

coût du risque habitat

À l’heure actuelle, l’environnement du crédit à l’habitat est marqué par des taux bas et un important volume de rachats et de renégociations de prêts. En parallèle, les banques se montrent de plus en plus sécuritaires, tentant de diminuer très largement le poids des encours douteux dans leur bilan tout en améliorant leur taux de provisionnement et en garantissant un taux de sinistralité acceptable. Cela soulève la question de la rentabilité des crédits à l’habitat. Reste à voir dans quelle direction se poursuivra l’année 2017.

Source: ACPR, enquête annuelle sur le financement de l’habitat

mm

David Audran

Responsable du blog CultureBanque. Expérience professionnelle en banque de détail, finance d’entreprise et analyse financière.

Réagir

Testez une banque en ligne

Banque en ligne ING DirectING Direct : 80€ offerts
→ carte bancaire gratuite
dès 1200€ de revenus

Monabanq : 120€ offerts
Sans condition de revenus
Pour seulement 2€/mois

boursorama logoBoursorama : 80€ offerts
→ carte bancaire gratuite
dès 1000€ de revenus


Newsletter mensuelle

L’offre du moment !