Culture Banque
Culture Banque > Crédit > La place des banques dans le financement des entreprises

La place des banques dans le financement des entreprises

Pour se développer, les entreprises françaises ont besoin de financements. S’il existe désormais des plates-formes de crowdfunding, les banques restent à ce jour le premier levier de crédits vers lequel s’orientent les sociétés.

Voyons donc ce qu’il en est du rôle des établissements bancaires dans le financement des entreprises et leur adaptabilité face à la réglementation financière. La Fédération Bancaire Française publie un Mémo à ce sujet (lien en bas de page).

Le financement des entreprises, une priorité pour les banques françaises

Les banques sont un acteur majeur de notre économie et leur contribution au financement des entreprises françaises ne cesse d’évoluer. Sur la dernière année, les financements externes des entreprises ont augmenté de 6,2 % pour atteindre un encourt de 1 544 milliards d’euros au mois de juin 2017, dont 933 milliards d’euros ont été financés par le crédit. Cela représente +4 % de croissance sur un an en France, contre +1,3 % pour la Zone Euro. Les banques françaises semblent donc être les championnes du financement en Europe ! 218 milliards d’euros ont été octroyés pour des besoins de trésorerie, soit une augmentation de +0,5% en un an, et 657 milliards d’euros pour des besoins d’investissement, soit une augmentation beaucoup plus conséquente de+5,2%.

Les TPE et PME, premiers bénéficiaires du financement bancaire

Globalement, les TPE et les PME représentent la moitié des crédits aux entreprises accordés par les banques. Au mois de juin 2017, elles représentaient 385 milliards d’euros de crédits. Par ailleurs, les taux bancaires sont de plus en plus intéressants, particulièrement sur l’Hexagone : 1,86 % en moyenne en France contre 2,23 % pour le reste de la Zone Euro. Enfin, à tous ceux qui diraient que les banques sont trop strictes quant à l’octroi des financements, sachez que plus de 9 PME sur 10 obtiennent leurs crédits d’investissement et que 8 PME sur 10 ont un accord pour des crédits de trésorerie.

Le recours croissant au marché

Si le crédit reste central dans le financement des entreprises, on constate néanmoins un recours croissant au marché en France. Cette introduction en bourse nécessite une extrême prudence et la BFI (Banque de Financement et d’Investissement) joue d’ailleurs un rôle fondamental dans la couverture des risques des entreprises. Si aux États-Unis le financement des entreprises par le marché représente 70 %, en France, cette part n’excède pas 40 % en 2017 (contre 31 % en 2009).

Le financement face à la réglementation bancaire

Au cours de ces dernières années, les banques ont mis en place de nombreuses mesures pour assurer la stabilité du système bancaire mondial, notamment les accords de Bâle. Les contrôles se sont donc accrus. Néanmoins, des discussions sont en cours quant aux changements de méthodes d’évaluations des risques et au niveau d’exigence de fonds propres des banques françaises et européennes, limitant souvent leur capacité de financement. En parallèle, d’autres éléments jouent aussi en défaveur des banques. De nouvelles normes comptables, applicables au 1er janvier 2018, obligeront les banques à se constituer des provisions supplémentaires, ce qui aura un impact direct sur les conditions d’octroi des crédits. De même, la fiscalité spécifique des banques, en forte augmentation, représente aussi une réduction de leur capacité à financer. Tous ces éléments pourraient bien avoir un impact sur l’économie et sur les méthodes de financement des entreprises, qui s’orienteront sans doute de plus en plus vers les marchés financiers.

L’enjeu actuel est donc de préserver la solidité et la stabilité de l’industrie bancaire française sans pour autant freiner le financement de notre économie. Le financement de nos entreprises reste un enjeu majeur d’indépendance et de compétitivité pour la France. En ce sens, la réglementation bancaire tend vers le développement des marchés de capitaux et la Commission Européenne a lancé, dans ce contexte, un projet d’Union des Marchés de Capitaux, destiné à développer les marchés de capitaux en Europe pour diversifier les méthodes de financements des entreprises. Le projet en est à ses balbutiements. Affaire à suivre… Voir la publication de la FBF.

mm

David Audran

Responsable du blog CultureBanque. Expérience professionnelle en banque de détail, finance d’entreprise et analyse financière.

Réagir

Testez une banque en ligne

Banque en ligne ING DirectING Direct : 80€ offerts
→ carte bancaire gratuite
dès 1200€ de revenus

boursorama logoBoursorama : 80€ offerts
→ carte bancaire gratuite
dès 1000€ de revenus

Monabanq : 120€ offerts
Sans condition de revenus
Pour seulement 2€/mois


Newsletter mensuelle

L’offre du moment !